Une page d'histoire

Retrouvez toute l'histoire de Montgermont dans le livre "Montgermont d'hier à aujourd'hui"

Premières traces de vie

Montgermont est un lieu d'habitat très ancien, probablement favorisé par la présence d'eau ; les nombreux étangs actuels en font foi.Une hache en pierre polie a été trouvée en 1974 dans des déblais d'origine locale entre Coupigné et le chemin de la Duchesse Anne. On trouve ces haches sur les sites néolithiques dès le Ve millénaire avant notre ère.

On note aussi les vestiges d'une éllipse de talus orientée est-ouest à l'ouest de Coupigné, qui en serait le point habité.

Enfin, il est admis que le chemin de la Duchesse Anne est une ancienne voie romaine (ou peut-être même plus ancienne) qui reliait Rennes (Condate, pays des Riedones) à Corseul d'une part et à Alet (Saint-Malo) d'autre part. Ces deux routes divergeaient un peu au sud du bourg actuel et on en voit encore la trace.

ZAC "Les Ptits Prés" : les traces d'un établissement rural gallo-romain

La fouille du site de Montgermont « ZAC des Petits Prés » en 2013 a permis d’aborder une occupation rurale antique caractérisée par un établissement, situé en bordure d’un réseau viaire.

Plus d'infos sur :

Autour de la motte

Montgermont est citée dès 1152 comme trêve de la paroisse de Pacé, dépendant comme cette paroisse de l'abbaye de Saint Melaine. Il est probable que Montgermont fut érigée en paroisse au commencement du XIIIe siècle. A cette époque en effet l'abbaye de Saint Melaine possédait en Montgermont une métairie dont les revenus étaient unis à l'aumônerie du monastère. Or, en 1218 Geffroy, abbé de Saint Melaine, du consentement de l'aumônier, afferma cette métairie à Raoul, prêtre de Montgermont et au clerc Bernard, son neveu.

Dans le plan ci-contre (moyen âge), la motte médiévale (1), qui existe encore aujourd'hui près de l'église (2), était au départ entourée d'une enceinte. L'actuel centre bourg était occupé par une métairie (3). L''église était alors orientée au nord.

D'après le cadastre ancien - arch. dep. d'Ille et Vilaine - 3P5417 - extrait de "Le village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l'Ouest au Moyen-Age" de Daniel PICHOT (Presses universitaires de Rennes. 2002).

L'église se compose aujourd'hui d'une simple nef à laquelle ont été ajoutées successivement deux chapelles : celle du Midi appartenant aux seigneurs de Galisson, est signalée dès 1613 ; celle du Nord ne date que de 1848. A cette dernière époque on désorienta l'église et, transférant le maître autel à l'Ouest, on construisit à l'Est le porche actuel et le petit clocher. Le porche ancien a été remis en valeur en 1988 lors des travaux de restauration de l'église.

Le seigneur de Montgermont jouissait des droits de fondation et de prééminence en cette église.

Il est fait mention dès 1080 d'Even de Montgermont. La seigneurie de Montgermont appartînt successivement aux familles de Montgermont, Freslon, de la Roche, Thébault et Drouet. André Drouet l'acheta en 1676 et déclara en 1678 posséder à Montgermont même "un manoir avec deux tours en terre, dans l'enclos duquel sont l'église et le cimetière, et y joignant une motte haulte et eslevée plantée de vieux chesnes" ; il ajouta que le recteur lui devait, le jour de la Pentecôte, "5 deniers des oblations faites au grand autel", et que les mariés devaient "dire leurs chansons sur ladite motte".

Cette motte existe encore près de l'église, mais le manoir a disparu. La route qui sépare l'église de la motte pourrait être la voie antique de Rennes à Avranches et Aleths.

Michel GÉRARD

Le 18 avril 1789 un habitant de Montgermont, Michel GERARD, cultivateur au Tuel, fut élu député aux Etats Généraux. Il s'y rendit en habits de paysan et se fit remarquer par Louis XVI. "Bonjour mon Bonhomme" lui dit-il un jour à Versailles. Homme de bon sens "Le Père Gérard", ainsi que tout le monde l'appelait, monta plusieurs fois à la tribune et ses interventions ne manquèrent pas d'intérêt. Deux d'entre elles qui dénotent son honnêteté sont entrées dans l'histoire. Elles ont trait l'une et l'autre au traitement parlementaire. Le "Père Gérard" déclara ne pas vouloir toucher un sou pendant ses absences, puis il déposa une motion aux termes de laquelle le traitement de 1790 ne serait pas alloué parce que les députés n'avaient pas assez travaillé à la Constitution. A la fin de la session parlementaire il revint dans sa ferme du Tuel où il mourut le 7 décembre 1815 (1).

(1) La vie et la carrière politique de Michel Gérard ont fait l'objet d'un ouvrage de Charles Tillon : "Le Laboureur et la République". Ce livre est à votre disposition à la médiathèque municipale L'Embarc@dère.

Logos

Les armoiries qui illustrent certains panneaux indicateurs des rues (ancien logo de la commune jusqu'en 2006), "losanges d'or et de gueules à la face d'azur frettée d'argent", sont celles de la famille Raoul de Montgermont. Cette branche s'est éteinte au XVème siècle.

 

Le logo actuel a été choisi par l'équipe municipale en 2006. Il évoque l'ancien logo par sa forme d'écusson modernisé, une commune verte et dynamique par ses couleurs et quelques éléments remarquables de son patrimoine : vallées, motte féodale et église (qui constituent en même temps le M de Montgermont).